Les sociétés mouvant en plein bain dans l’univers des outils numériques et des médias sociaux partagent le même maux : la crise des relations humaines.

Aujourd’hui notre rapport à nos semblables se déploie le plus à travers les appareils connectés. Ils semblent que tous les individus soient dans les dispositions pour communiquer. Malheureusement, nous communiquons mal voire du tout. La place accordée aux smartphones dans notre vie est exagérée. Notre attention est en permanence sollicitée par ce qui se fait ou se dit dans les réseaux sociaux numériques. Cette addiction non consciente est arrivée à un point où nous avons tendance à reléguer au second plan nos amitiés et nos parentés au profit de ceux en ligne avec des étrangers.

Mais chacun de nous qu’il le dise ou non a besoin de temps en temps ou lors de circonstances préoccupantes, une oreille attentive, prête à écouter et à conseiller sans aucun port de jugement. Ceci qui nous manque au plus haut point, est heureusement compensé d’une autre manière par certaines formes de sociabilités numériques : les groupes de confessions en ligne et sous anonymats. Chaque individu, s’il le veut, a la possibilité d’exposer ses cris de cœur sous par l’intermédiaire de ces groupes de discussions dédiés aux confessions intimes. Non seulement des milliers de personnes partageront avec vous des solutions mais en plus sous le couvert de l’anonymat. Ce qui attribue à leurs conseils une authenticité dénuée de tout jugement et susceptibles de régler potentiellement votre problème.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Astou DIOUF

Retour en haut